Archive for Actualité

La Loi Pinel en 2 minutes

On trouve tellement d’informations sur la Loi Pinel, qu’il est facile de s’y perdre. Voilà pourquoi il nous a semblé indispensable de regrouper tout ce qu’il faut impérativement savoir et de vous le présenter de manière synthétique.

Défiscaliser en investissant dans l’immobilier

Le principe de la Loi Pinel est le suivant : vous investissez dans un bien immobilier neuf et vous bénéficiez d’un crédit d’impôt. Bien sûr, une contrepartie vous est demandée : vous vous engagez à mettre en location cet appartement pour une certaine durée.

L’obligation de mise en location

Celle-ci est variable puisque 3 formules sont proposées avec la Loi Pinel : 6, 9 ou 12 ans. Elles vous donneront droit à une déduction fiscale plus ou moins importante, allant de 12 à 21% du prix du logement. Cette obligation de mise en location s’accompagne d’un autre engagement : proposer un loyer à un prix inférieur de 20% à celui du marché. Et pour ce faire, 5 zones sont définies : A, Abis, B1, B2 et C (villes non éligibles à la Loi Pinel pour cette dernière catégorie).

La possibilité de louer à sa famille

Il s’agit ici d’une grande nouveauté de la Loi Pinel par rapport au dispositif Duflot puisqu’il est désormais possible de louer le bien immobilier à des membres de sa famille, ascendants comme descendants.

Un plafond d’investissement revu à la hausse

Plus élevé qu’avec la Loi Duflot, il est possible dès le 01 octobre 2014 d’investir jusqu’à 300 000€ en Loi Pinel.

Les respect des normes environnementales

Pour être éligible à la Loi Pinel, le logement dans lequel vous souhaitez investir doit respecter les normes environnementales en vigueur. La résidence doit donc être labellisée BBC, RT2005, RT2012 ou HQE (pour les bâtiments ayant été rénovés).

Les autres déductions possibles

La Loi Pinel vous permet également de bénéficier de déductions sur les intérêts des emprunts des revenus fonciers, les frais réels des revenus fonciers et sur la taxe foncière des revenus fonciers.

Un agent immobilier, la pièce maîtresse dans le choix de votre achat immobilier

Est-il raisonnable d’acheter un bien immobilier seul ?

Les motivations d’un achat immobilier sont multiples et revêtent une importance capitale dans votre vie ne serait-ce que par l’investissement que cet acquisition représente. C’est pour cela qu’il faut être bien entouré et bien conseillé. Un agent immobilier est un expert de ces transactions immobilières. Ses conseils et son expérience ne peuvent être que bénéfiques dans le choix de votre futur appartement.

Pourquoi un agent immobilier est-il indispensable ?

Tout d’abord, il vous permet un gain de temps considérable puisqu’il applique la méthode dite du « sourcing ». C’est-à-dire qu’en tant qu’interlocuteur unique, il vous propose une sélection adaptée à vos exigences et vos besoins ce qui vous permet un choix rapide et évite de multiples contacts et une logistique importante.
L’autre atout de ce contact exclusif que vous aurez avec un agent immobilier sera la qualité de son conseil. En effet, vous n’êtes pas habitué aux transactions immobilières et de nombreuses particularités liées à ce domaine d’activité vous auront sans doute échappé. Lui, sera à vos cotés pour vous éclairer sur les éventuels problèmes juridiques, les travaux à prévoir ou les charges de copropriété.
De plus, il vous permettra d’obtenir ce que vous désirez grâce à sa formation de négociateur hors pair qu’il mettra à votre service.

achat maison-agent immobilier
Un agent immobilier vous accordera des privilèges

Un agent immobilier est aussi un contact qui vous donne la possibilité d’accéder à ses relations. Celles-ci sont multiples et faciliteront également votre acte d’achat. Vous serez dirigé vers les meilleurs promoteurs et vers les banquiers accordant les meilleures conditions de prêt.
Pour finir, les bonnes affaires sont une denrée rare sur le marché de l’immobilier. En étant client acquéreur auprès d’un agent immobilier, vous serez prioritaires dès que celui-ci enregistrera une nouvelle mise en vente.

Pour résumer, la prestation d’un agent immobilier vous apportera divers avantages par rapport aux autres acheteurs.

Achat maison-agent immobilier

« Stephane plaza immobilier » l’animateur de M6 se lance…

Stephane-plaza-immobilier-sud-ouest

Après de longs mois sans donner de nouvelles, l’animateur de Recherche appartement ou maison et Maison à vendre sur M6 semble finalement avancer sur son projet d’agences immobilières. On en sait guère plus sur la date de lancement, le nombre d’agences immobilières, les implantations et ses partenaires mais il a au moins annoncé le nom de son futur réseau immobilier.

Dans une interview donnée au journal Sud Ouest du 10 novembre 2013, Stéphane Plaza explique son réseau d’agences immobilières s’appellera tout simplement « Stéphane Plaza immobilier ».

En dehors de cette information finalement peu surprenante et qui ne nous fit finalement rien de plus sur son projet,, Stéphane Plaza explique juste qu’il proposera des services de « home staging » aux propriétaires d’appartements ou de maisons qui feront appel aux agences immobilières « Stephane Plaza immobilier ».

En attendant d’avoir de vraies informations concrètes, l’animateur précise qu’il a signépour deux nouvelles saisons avec M6. Faudra t-il attendre que sa carrière télévisuelle s’arrête pour qu’il lance enfin « Stephane Plaza immobilier ».

_______________________

Pour lire l’article du journal Sud Ouest, cliquer ici.

 

Evolution taux immobilier

Un changement d’orientation pour l’immobilier français ?

evolution taux immobilier

L’été 2013 semble marquer un changement important dans le marché de l’immobilier français : annonce d’une augmentation des frais de notaire (dits aussi droits de mutation), hausse des taux d’intérêt, diminution de la fiscalité sur les plus-values lors de la vente d’une habitation secondaire ou d’un bien locatif. Cependant, les regards sont orientés vers une evolution taux immobilier. Depuis un an, ils sont en constante baisse, le mois de juin relève un taux historiquement bas soit 2,89 %. Au fil de l’année, les acquéreurs ont vu leurs solvabilités s’améliorer. En revanche, l’étude réalisée par l’Observatoire Crédit Logement-CSA constate qu’en juillet le taux est légèrement remonté pour atteindre 2,92 %, « pour la première fois depuis janvier 2012, le taux ne baissent plus ». Pour l’instant, cette augmentation n’a pas de réel impact, car elle est presque insignifiante.

Un pouvoir d’achat immobilier menacé ?

Si le taux continue sa progression, ce ne sera pas sans conséquence pour le marché immobilier. En effet, le pouvoir d’achat immobilier des français  sera réduit. « Les primo-accédants modestes seraient les plus pénalisés » annonce une note des notaires de France diffusée en juillet. Ainsi, ils indiquent que les taux bas ont permis « de maintenir un certain niveau de volume de ventes », de ce fait, ils ont empêché une baisse des prix qui aurait pu être plus importante si le nombre de transactions s’était effondré. 

Ces dernières années les prix des biens immobiliers n’ont pas cessé d’augmenter. Ils ont triplé dans la région Ile de France et doublé dans les autres régions. La constante augmentation des prix conduit le marché de l’immobilier à s’essouffler. C’est pourquoi, aujourd’hui, les prix de l’immobilier sont en baisse presque partout même dans la métropole parisienne. En moyenne nationale, les prix des maisons chutent de 1,8 % et celui des appartements de 1,2 %.

_________________________________

 Pour plus d’information,n’hésites pas à consulter les liens suivants :
Les Echos
Libération 

Loi immobilier : la réforme des plus values

Le régime des plus-values

loi immobilier

Loi immobilier : Cet été le gouvernement avait annoncée une réforme des plus-values immobilières. Elle est donc entrée en vigueur le 1er septembre 2013. C’est une bonne nouvelle qui concerne, les propriétaires de résidences secondaires, les investisseurs immobiliers, les finances des collectivités locales et les logements locatifs. Désormais, les plus-values immobilières sont exonérées d’impôts après 22 ans de détention du logement, contre 30 ans auparavant. Cependant, rien ne change pour les prélèvements sociaux de 15,5 %. En effet, ils sont toujours exonérés au-delà de 30 ans. Le montant de l’impôt est évalué à 19 %.

Un système d’abattements plus avantageux

Le gouvernement a également présenté le système d’abattements dans le calcul des prélèvements sociaux et des impôts.

– Pour les plus-values : cet abattement est de 6 % par an à compté de la 6ème année de détention et de 4 % à partir de la 22ème année.
– Pour les prélèvements sociaux : l’abattement est de 1,65 % par an à partir de la 6ème année de détention du logement, de 1,60 % la 22ème année et de 9 % de la 23ème jusqu’à la 30ème année.

Un abattement exceptionnel

Afin de redynamiser le marché immobilier et inciter les propriétaires à vendre leur bien immobilier neuf ou ancien, le gouvernement a prévu de créer « un effet d’aubaine ». En effet, un abattement exceptionnel de 25 % est appliqué pour toutes les cessions opérées jusqu’au 31 août 2014. En revanche, la vente ne doit pas être effectuée avec un proche (descendant, ascendant, conjoint, pacsé…).  « Ces nouvelles modalités d’imposition devront être intégrées dans la loi de finances pour 2014 » dévoile les notaires de Paris dans un communiqué, tout en ajoutant : « les terrains à bâtir ne sont pas concernés par cette réforme ».

__________________________

Pour plus d’information sur la réforme des plus-values immobilières, n’hésitez pas à consulter les liens suivants :

– Portail du Gouvernement
 Le Nouvel Observateur

Si vous souhaitez avoir des renseignements sur la loi Duflot 2013, vous pouvez consulter le blog :
www.loi-duflot-2.fr

Crédit immobilier : le marché redémarre

Le crédit immobilier repart !

crédit immobilier

Selon l’Observatoire crédit logement –CSA, la production de crédit immobilier est repartie à la hausse, au deuxième trimestre sans pour autant retrouver le niveau d’avant crise. « Le redémarrage de la production a été sensible, avec une hausse de + 35,3%, d’avril à juin ». Tandis que, les trois premiers mois de l’année indiquaient un recul de – 8,7%, d’après le tableau de bord trimestriel de l’Observatoire. La baisse des taux d’intérêt a largement contribué à la relance du crédit immobilier.

Taux de crédit immobilier en baisse

Le taux de crédit immobilier historiquement bas à permis au marché de se maintenir. Les conditions pour faire un crédit immobilier sont réunies. Ceci est valable aussi bien pour le neuf, l’ancien que pour le rénové. Le mois de juillet est marqué par une légère augmentation du taux qui devrait se stabiliser à 3%. Malgré un taux de crédit immobilier bas, les acquéreurs sont peu nombreux à se lancer dans l’achat d’un appartement à Lyon ou dans les grandes villes. Les raisons sont certainement liées au prix de l’immobilier encore trop excessif et à la situation économique qui peut ralentir l’achat.

Des ménages évincés du marché immobilier

L’Observatoire constate que les ménages français aux revenus inférieurs à 3 fois le Smic qui souhaitent devenir propriétaire ont été directement touchés par la « reconfiguration du prêt à taux zéro (PTZ+) ». En effet, leur indice de solvabilité a indiqué « une chute sévère » pour descendre à « l’un de ses plus bas niveaux observés depuis le début des années 2000 », et ce, à compter du premier trimestre 2013. Les remises en causes consécutives du PTZ+ ont écarté du marché, les ménages qui n’avaient pas un apport personnel suffisant. De ce fait, ces derniers n’ont pas pu réaliser leur projet immobilier.

Des ménages modestes désavantagés pour l’obtention d’un crédit immobilier

La modification du taux zéro plus (PTZ+), les difficultés de revente, le blocage du marché de l’ancien et les conséquences de la crise économique ont énormément pénalisé les « ménages à revenus moyens » déclare l’Observatoire. De plus, l’apport personnel de ses ménages à connu une importante baisse au deuxième trimestre, soit – 13,2%, sur un an, dès le début de l’année 2013, après une hausse, en 2012, de + 7,9%.

_______________________________

Pour plus d’informations sur l’actualité du crédit immobilier, n’hésitez pas à consulter les liens suivants :

Les Echos 
Le Monde 

Prix immobilier en baisse, pour combien de temps ?

Recul du prix immobilier sauf pour les petites surfaces

 recul prix immobilier

Une étude réalisée par Century 21 annonce une baisse des loyers français de 1,7 % ces douze derniers mois : « L’inflation dans le même temps, progressait de 0,8 %. En euros constants, les loyers ont donc baissé de 2,5 % ». Cependant, ce constat est à nuancer, car il ne s’applique pas pour tous les logements de France. En effet, les petites surfaces comme les studios ou les une pièce ont vu leur loyer augmenter de 1,3 %. Le loyer des deux pièces est resté stable tandis que celui des trois pièces a augmenté de 0,8 %. En fait, les logements qui ont réellement bénéficié d’une baisse des loyers sont les quatre pièces (-2,8 %) et les cinq pièces (-4,9 %).

L’enquête réalisée par la fédération nationale des agents immobiliers (FNAIM) confirme également le recul du prix de l’immobilier.  En effet, Jean François Buet, président de la FNAIM révèle que sur un an, le prix immobilier baisse en moyenne de 3,6 %, tout en précisant que l’île de France (–2,7 %) est moins concernée par ce recul que la province (-3,8 %). « On avait prévu une baisse en 2013, elle est là » ajoute-t-il. Cependant, comme nous pouvons le remarquer ci-dessous, les grandes villes comme Poitiers, Rennes ou encore Bordeaux subissent d’importantes hausses de prix. Par exemple, aujourd’hui, il est préférable d’acheter un appartement à Lyon plutôt que d’acheter un appartement à Bordeaux. En effet, le prix d’un appartement à Lyon a chuté de 3,9 % ces derniers mois. Tandis que, le prix immobilier d’un appartement à Bordeaux à augmenté de  4,6 %, selon les données de la FNAIM.

carte fnaim prix immobilier

Relation difficile entre vendeurs/acheteurs

Pour les acheteurs, cette situation est propice pour investir dans l’immobilier neuf ou ancien. De plus, les taux de crédit sont historiquement bas et donc très attractifs pour les investisseurs immobiliers. Malgré cette situation, les relations entre acheteurs et vendeurs sont tendues. En effet, d’un côté, les acheteurs restent enthousiastes à l’idée d’investir dans l’immobilier pas cher et de l’autre côté, l’étude de la FNAIM dévoile que seulement 13 % des personnes interrogées sont favorables à la vente. « Nous avons beaucoup de travail avec les vendeurs pour les ramener à la raison » annonce le président de la FNAIM.

Les ventes immobilières ne sont donc pas en augmentation, cette situation va-t-elle changer avec les reformes de loi Duflot 2013 ? La baisse du prix de l’immobilier va-t-elle se poursuivre ? 

 

Des prix dans l’immobilier qui ne baissent toujours pas pour les investisseurs immobiliers !

Où sont les investisseurs immobiliers ?

investisseurs immobiliers

La France est clairement touchée par la crise immobilière. Selon lObservatoire du moral immobilier, le nombre de personnes qui investissent dans l’immobilier neuf ou ancien a baissé d’environ 30 %, en deux ans. On est donc passé de 3,5 millions en 2011 à 2,5 millions en 2013. En bref, un million d’investisseurs immobiliers a disparu. En ce qui concerne, le nombre de vendeurs, on peut noter une certaine stabilité. Selon l’éditeur du site web Logic-Immo.com, Cyril Janin : « Si l’on suit cette courbe, dans un an, il y aura autant d’acheteurs que de vendeurs. On assiste à une régularisation progressive du marché immobilier ». L’étude réalisée par TNS Sofres montre que les personnes s’intéressent à l’immobilier. Cependant, ils sont peu nombreux à franchir le cap de l’achat immobilier. Pourtant, les conditions pour acheter un appartement sont réunies : taux d’intérêt des crédits immobiliers historiquement bas, en dessous des 3 %.

Malgré des taux attractifs, les banques sont de plus en plus exigeantes avant d’accorder un prêt aux investisseurs immobiliers.

Une baisse des prix qui se fait attendre

Normalement une chute des volumes de transaction engendre une baisse de prix. Oui, dans un marché économique parfaitement organisé, mais cette baisse n’est pas encore observable en France. Selon l’étude de l’Observatoire : « En moyenne, les prix de l’immobilier affichent une quasi-stabilité, mais les écarts se creusent de plus en plus selon la situation géographique et la qualité du logement ». Généralement, les prix des biens immobiliers neufs se stabilisent ou augmentent légèrement dans les centres-villes les plus sollicités. Par contre, les prix de l’immobilier neufs ou anciens se stabilisent ou baissent pour les campagnes situées à plusieurs kilomètres des villes. 

En 2013, le prix pour acheter un appartement neuf a baissé de 1,3 % par rapport à 2012. Cette année, les logements disponibles ont augmenté de 18 %, soit un total de 100 000 logements.

Les estimations des investisseurs immobiliers

estimation investisseurs immobiliers

Les professionnels de l’immobilier peuvent être rassurés. En effet, l’étude révèle que 55 % des potentiels investisseurs immobiliers sont certains de concrétiser leur projet dans les 6 à 12 mois qui suivent leurs demandes d’achat logement. Les investisseurs se sentent en position de force et négocie pour obtenir une baisse du prix de leurs logements. 38 % des personnes interrogées espèrent négocier une baisse des prix entre 5 et 10 %. Pour le moment, ces attentes ne correspondent pas à la réalité du marché immobilier.  Il est fort possible que cette situation change, notamment en cas de hausse du taux d’intérêt.

Reste néanmoins pour les investisseurs la possibilité de profiter de la loi Duflot. Ce dispositif de défiscalisation immobilière à remplacé la loi Scellier début 2013. Encore mal connu 6 mois après son lancement, elle reste malheureusement boudé par trop d’investisseurs immobiliers. Ce fut globalement la même chose au lancement de la loi Scellier. Il faut du temps aux investisseurs et à leurs conseillers pour apprécier correctement l’intérêt et les contours d’un nouveau dispositif de défiscalisation immobilière.

Le top 10 des villes de France pour investir dans l’immobilier

Quelles villes choisir pour investir dans l’immobilier neuf ?

investir dans l'immobilier

Pour la deuxième édition, Explorimmo dévoile son top 10 des villes françaises les plus performantes en termes de dynamisme et d’attractivité pour investir dans l’immobilier. Dans cette évaluation, huit critères sont pris en compte :
–  Evolution de l’emploi
–  Evolution démographique
–  Evolution du nombre d’étudiants
–  Evolution du prix moyen au m² dans le neuf et l’ancien
–  Evolution du loyer d’un studio et d’un T2
–  Part des investisseurs

Classement des 10 villes françaises pour l'achat d'un appartement

Classement des 10 villes françaises pour l’achat d’un appartement

Immobilier : Bordeaux décroche la première place du top 10

La ville de Bordeaux arrive en première position du classement avec la multiplication des projets concernant l’immobilier comme la construction d’écoquartiers, du pont Jacques Chaban-Delmas ou encore la rénovation du centre-ville. De plus, la commune envisage de construire 50 000 logements pour accueillir 1 million d’habitants d’ici 2030. L’enquête révèle que les transactions immobilières ont nettement chuté passant de 3 016 ventes, en 2012 à 4 763, en 2011. Cependant, « les prix font de la résistance », car le m² dans le neuf a augmenté de 5,7 %.

Une nette progression dans le classement pour la ville rose

Toulouse ne cesse de progresser dans le classement et remporte la deuxième place (6ème en crise qui frappe le marché immobilier. De plus, de nombreux projets d’aménagement émergent comme Euro Sud-Ouest, une ligne de TGV reliera Toulouse à Paris en seulement 3h15 (en 2020).

« Pour qui veut investir, tous les quartiers de Toulouse sont porteurs » déclare le site internet. En effet, dans le neuf, les rentabilités peuvent atteindre 3,5 % pour les logements issus de la loi Duflot 1 ou Duflot 2.

acheter appartement lyon quartier de la confluence 1

Nouveau quartier de la Confluence à Lyon

Toujours dans le peloton

Lyon arrive en 6ème place et confirme son intérêt durable pour les investisseurs grâce à une situation démographique, économique et étudiante excellente. Lyon fait partie de ces rares villes qui peuvent jouer sur ces 3 tableaux à la fois. Acheter un appartement à Lyon reste donc un investissement sûr. Aucun indicateur ne montre que la forte attractivité de la 2ème agglomération de France devrait changer à court ou moyen terme.

Des nouvelles villes font leur entrée dans le classement

Marseille apparaît au 9ème rang grâce à la construction du stade vélodrome, la rénovation du Vieux Port et l’extension du Centre Bourse. Les activités autour de l’immobilier locatif sont en hausse, soit + 1,5 % pour les studios et + 2,7 % pour les 2 pièces. Il faut noter que les zones d’investissements les plus profitables se situent dans le centre-ville et les quartiers sud de la cité phocéenne.

Montpellier intègre elle aussi le classement en se positionnent à la 10ème place. Cette entrée est principalement liée avec l’élaboration d’un programme urbain nommé Montpellier 2040. Ce dernier a pour objectif de réorganiser la ville et de l’adapter aux habitants en évoquant des sujets comme les transports, la mobilité, les pôles universitaires, l’emploi…

Acheter un appartement pour le louer : comment bien choisir ?

Acheter un appartement pour louer ?

Acheter un logement pour le louer est un investissement important qui vous engage sur des années. Je vais essayer dans cet article de vous donner quelques conseils concrets pour vous aider à évaluer l’intérêt locatif d’un bien immobilier. N’hésitez pas à réagir et poster vos commentaires !

louer appartement

1) Où acheter un logement pour le louer ?

Il est essentiel de détecter le bon lieu pour investir. Investir dans une grande ville ne garantit pas de gagner plus et/ou de limiter les risques. Avant tout il convient de choisir une zone/ville avec des besoins en logements et des personnes dont les revenus leur permettent de se loger dans le privé (hors HLM).

Parmi les indicateurs pertinents à prendre en compte nous trouvons :
– Le taux de chômage
– Le revenu moyen des foyers
– L’évolution de la démographie

Pour autant, il ne suffit pas de se contenter d’une analyse à un instant T. Ces données évoluent. Heureusement des organismes tels que l’INSEE permettent d’avoir une idée des évolutions à venir. Comme la météo, leurs informations ne sont pas toujours justes cependant mais cela est surtout vrai à long terme.

acheter logement pour louerCliquer pour agrandir

2) Quelle surface préférée ?

Habituellement il est reconnu que les petites surfaces génèrent un rendement au mètre carré plus important.

Studio/T1 = 25€ à Paris et 13,4€ en province

T2 = 22€ à Paris et 10,4€ en province

T4 = 20,8€ à Paris et 8,2€ en province

Source : Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap)

Cependant les « petits » logements sont généralement destinés à des étudiants et des jeunes actifs qui déménagent facilement pour leurs études et en fonction des jobs qu’ils peuvent trouver. En effet d’après une étude de 2010, 35,2 % des locataires de 18 à 29 ans déménagent dans l’année et la totalité de cette tranche d’âge déménage en moins de 3 ans. Certes vous pouvez espérer un meilleur rendement mais cela implique des changements fréquents de locataires, des périodes d’inoccupation possibles entre 2 locataires et des travaux. Tout cela vient inévitablement réduire vos revenus issus de la location.

Les surfaces idéales sont plus les T2 et T3, car elles se relouent très vite. En effet, les T4 et T5 souffrent plus de saisonnalité dans leur relocation (difficile de relouer un T5 au mois de décembre).

3) Déterminer le bon loyer

Faire simple constitue ici la meilleure des règles à appliquer. Rien ne sert d’effectuer de nombreux et multiples calculs complexes !

Pour fixer le loyer d’un bien, il convient de se renseigner sur les loyers d’appartements similaires :
– Dans le même quartier (idéalement le même immeuble)
– De même superficie
– D’un état comparable (neuf ou ancien)
– Proposant des services similaires (place de parking, cave…)

Aussi surprenant que cela paraisse, les locataires ne négocient quasiment jamais les loyers (hormis si il y a des travaux à réaliser). Il est donc essentiel de fixer le montant du loyer au prix le plus juste du marché ceci afin de fidéliser le locataire dans le logement (plus encore avec l’arrivée de la nouvelle loi sur les loyers bloqués !).

louer appartement

4) Évaluer le rendement d’un bien immobilier

Il existe plusieurs méthodes de calcul. Dans cet article, je préfère vous parler de celle qui constitue (selon moi) le meilleur compromis entre facilité d’utilisation et qualité du résultat obtenu.

« Le rendement net »

Loyer mensuel X 12
– Taxe foncière
– Charges non récupérables
– Frais de gestion et d’entretien
__________________________ X 100
Prix d’acquisition du bien

Le rendement net est préférable au rendement brut qui est certes plus simple à calculer. En effet, ce dernier surestime le rendement réel car il ne prend pas en compte de nombreuses dépenses pourtant inhérentes à tout investissement locatif (gestion, assurance, taux, impôts et taxes, frais d’entretien…).

______________________________

Remarque: Si vous achetez un logement neuf, renseignez-vous bien sur la loi Duflot 1 et la loi Duflot 2.

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.